L’Oeuvre des Maîtres de Pondicherry


LE SUPRAMENTAL

LA CONSCIENCE-FORCE SUPRAMENTALE


mise en lumière par Shri Aurobindo, Douce Mère, Satprem et
d’autres « transitioners ».


Le Devenir divin de l’Homme sur la Terre d’Émeraude pour
l’âge d’or vers lequel tend la nouvelle humanité.


L’Être Immense issu du Non-Être, le Brahman transcendantal s’étant personnifié en Ishwara et de là en Brahma – Vishnou – Shiva et leurs parties féminines respectives, Sarasvatî, Lakhsmi, Parvati (ou Shakti ou Kundalini ou Kali) est notre origine à tous et à toutes de ces manifestations humaines, animales, végétales, minérales du monde que CELUI la à créé. Il est le UN, unique sans second, l’Être suprême la source, l’absolu, le Soi, le Moi supérieur, la conscience que Shri Aurobindo appelle la Conscience Force supramentale. La divinité inscrite en nous, en notre âme, en notre coeur, en notre corps. Pour activer cette union avec le Très Haut c’est en plaçant sa conscience au niveau du 8ème chakra (15 cm au dessus) de la tête et faire descendre la lumière blanche (ou d’autres rayons de lumière : cf. articles de Thybel de Thorrinthe sur le site « arthybel.com ») jusqu’à la base du corps et même dans la Terre, la faire remonter très haut et répéter ce va et vient (État de Shiva) plusieurs fois et souvent tout au cours de la sadhana.
Cette conscience est involuée dans la matière. C’est par un retour à notre source par la répétition de mantras (noms divins) et par la méditation que progressivement cette matière se légérifie, ascensionne, évolue, sort du bourbier de l’Ego, du mental, de la 3ème dimension de la dualité c’est dire de la séparavité.
Le mental était nécessaire à l’évolution jusqu’à il y a quelques temps ; maintenant il en est devenu un poison comme le dit Shri Aurobindo. Il faut diviniser la matière, donc, en l’Homme, son corps, ses cellules par les mantras et la lumière venue d’en haut.
L’homme ainsi supramentalisé disposera de tous les siddhis (pouvoirs) du créateur, de l’Esprit Saint, en lui, par lui, pour l’Humanité toute entière à laquelle il est unifié.
Il faut découvrir en soi : l’enfant intérieur, son âme véritable, cette conscience force supramentale. S’ouvrir à ce secret enfoui depuis longtemps c’est devenir libre, et parfait, rempli de bonheur, d’amour et de jouissance.
C’est cette conscience cosmique qu’il faut éveiller et vivre avec elle en permanence.
Cela est le véritable Samadhi, Turiya, Nirvana.
Jésus et avant lui le Bouddha nous ont montré le chemin, la vérité et la vie.
Le rituel, la dévotion, le véritable amour en un mot la Bhakti yoga du Siddha yoga nous y conduit indubitablement ou le yoga intégral, le yoga des cellules de Shri Aurobindo, Douce Mère, Satprem et ceux et celles d’Auroville, des Ashrams de Pondicherry, de Ganeshpuri, de Puttaparthi, etc…

Est considéré comme un Maître celui qui a fait ce chemin évolutif par une sadhana rigoureuse et honnête en servant son propre Maître directement ou indirectement (Seva yoga) en lui exprimant sa dévotion et son amour (Bhakti yoga).
En communiquant cette expérience à d’autres de quelque manière que ce soit il remplit sa mission (Karma yoga). Le siddha yoga ou le yoga intégral sont les voies s’ouvrant à cette conscience force supramentale que Thybel de Thorrinthe a suivi. Il en exprime son expérience dans ses écrits sur son site ARTHYBEL ainsi que dans son livre de peinture : Le Thybélisme.
La divination de l’Humanité et de la Terre est en cours depuis déjà un bon
nombre d’années.

Les divisions que nous effectuons en comparant les choses de notre vie, dans cette 3ème dimension de la dualité et du mental n’ont plus aucun intérêt lorsque l’on a accès à l’UNITE que nous avons atteinte après un certain temps de Sadhana (pratique spirituelle) cette Unité, cette conscience pure, le pouvoir, cette force vécue dans la 5ème dimension.
Là tout est UN. Tout est le UN, l’Absolu. Tout est relié ici et là, en ceci en cela (cf un billet de banque avec ses deux faces ou une pièce de monnaie).
UN inclut deux. La vérité est là et nulle part ailleurs. Un arbre comporte de
nombreuses branches et une multitude de feuilles. Si l’on regarde bien, chaque feuille, chaque branche est le UN. Tout est UN et l’Infini. 1 = infini = Éternité.
Quand l’on devient un Être supramental on devient un avec soi et le Tout qui nous environne. C’est la découverte en soi, les yeux fermés, en méditation qui nous fait voir que l’Unité c’est la lumière transcendantale et nirvanique.
Le supramental c’est l’Ananda, la Béatitude, la Félicité, la Joie, la Jouissance, le Plaisir, la Vertu, l’Abondance, la Beauté, la Bonté, la Vérité, le Bonheur, l’Amour universel et Inconditionnel. Là on est UN avec soi et avec tout dont le monde, la terre, le ciel, l’humanité – C’est l’Unité.
La matière est de l’énergie densifiée, cristallisée de la lumière. La fine pointe de la matière est invisible aux yeux de la 3ème dimension. Elle est la conscience. C’est la spiritualité qui peut donner des réponses à la science et aux scientifiques (cf. chapitre 8 de la Bhagavad Gita).
Les mantras chantés ou entendus sont d’une grande puissance pour diviniser la matière et donc les cellules du corps humain. Avec le Son (nada) OM ou tout autre mantra, l’effet sur soi et sur l’environnement humain ou géographique comme dans le yoga et le Reiki est impensable, inénarrable et c’est tellement simple et grandiose un tel pouvoir que le « Merci » nous vient aux lèvres pour le créateur et le sourire du Bouddha se dessine sur notre visage. La Maya (l’Illusion) de la 3ème dimension a fait place à la grâce et à la grandeur divine que nous représentons, l’homme ayant été
conçu à l’image de l’Être suprême et Immense qu’en Inde on appelle Brahman, Père/Mère chez les chrétiens.
Réaliser le supramental ou vivre dans la conscience force « témoin » supramentale, c’est faire le pont entre le moi-je du Jiva (ignorant) et le Moi supérieur c’est-à-dire le Soi, l’Absolu, le UN.
Le mantra OM, ou AYAM ou Je Suis aide à atteindre, par sa répétition silencieuse, ce haut niveau de Réalisation, d’Éveil, d’Illumination, de Liberté.

Le supramental est un mouvement d’Énergie considérable conduisant un être à l’Éveil et à une créativité abondante.
Ayant accès à ce niveau supérieur de conscience, la connaissance nous est octroyée ; Nous sommes comme l’enfant prodigue de retour vers le PERE/MERE androgyne, hermaphrodite, masculin uni à l’anima, féminin unie à l’animus, à notre vraie nature, à notre source essentielle et régénératrice. « Le Serpent se mord la queue ».
Ayant le libre arbitre et le Divin ne s’y opposera surtout pas, par amour pour sa créature, son autre lui-même, l’homme adhérera ou n’adhérera pas à la lumière, que seul, sans le mental, il peut découvrir dans la maison carré (écran mental) et à une distance d’un pouce carré, à l’intérieur, au niveau de son 3ème oeil (6ème chakra).
Dans la nuit et le détachement, avec confiance et foi la grâce de la vision du bindu de la lumière blanche ou or (cf. le livre de Thybel de Thorrinthe : « Le chant des lumières supramentales ») lui est donnée.
Se sont les noces de l’Homme et du Divin éternel et infini.
C’est avec le supramental l’atteinte du sommet de la pyramide ou mieux le sommet du mont MERU.
Le cerveau, là, ne fonctionne plus en ondes bêta mais alpha ou théta (extase ou jouissance divine).


CONSCIENCE

FORCE SUPRAMENTALE


La sophrologie est un moyen pour passer, dès la 1ère séance, d’une conscience ordinaire à une conscience en éveil pour aboutir à vivre la conscience – force supramentale dont a parlé le grand maître de Pondicherry (Inde) : SHRI AUROBINDO.
La sophrologie comme les yogas et tout particulièrement le Siddha Yoga ou le Yoga Intégral permettent de vaincre nos peurs engrammées en nous depuis des éons.
A cela doit s’ajouter une philosophie nouvelle de la vie à savoir de lacher-prise, de s’éloigner du passé pour s’ouvrir à la plénitude du présent, à l’éternité du présent. Il faut que ce présent nous soit en conscience en permanence. De la sorte notre façon de vivre évoluera. Et, en changeant nous-même, nous changeons les autres et le monde.
Tout doit être reconsidéré dans nos habitudes de vie. C’est à ce prix que se gagne la Paix et le Bonheur vrai.
Toutes nos pensées, toutes nos actions doivent être imprégnées de conscience, de paix, de joie, de lumière et d’amour. C’est le chemin de l’Eveil à notre nature transcendantale. C’est ainsi que l’on devient un aimant pour les autres ; comme l’arbre est un aimant qui nous apaise à son contact, vous devenez l’espoir pour les autres.
Le changement commence par soi-même. C’est ainsi que l’on communique avec son environnement.

Dans la nature, rien ne se perd. Si vous avez un comportement de paix, de lumière, de joie, elles se répandront tout autour de vous et jusqu’au bout du monde et du cosmos. Tout influence le Tout.
Cela est valable pour une pensée, une parole, un geste que vous produisez.
Cette prise de conscience doit influencer jusqu’à vos cellules pour que tout se mette en place.
C’est un état d’esprit qu’il faut avoir en permanence.

__________

L’Holontologie s’inscrit dans ce but où l’on fait un lien entre l’Esprit, le Corps et l’Ame.
Si l’on souffre physiquement cela a une répercussion sur l’esprit de façon
dépressive ; tout le monde a vécu quelque chose de la sorte.
Il est indispensable de relier aussi l’esprit et la matière. Dans la culture française avec le dualisme cartésien entre le corps et l’esprit, on fait fausse route. Cela ne tient plus en ce 21ème siècle.
Qui observe la souffrance ? Voilà la question à se poser. Si on s’écoute un peu en observant cette souffrance, on a déjà bien avancé. C’est cela la conscience : l’observateur – le témoin – et ce dernier n’est pas la souffrance et on a la réponse à Qui suis-je ?
Ce qui changera le monde, c’est changer soi-même.
* (Holontologie : cf site ARTHYBEL)

__________

C’est après avoir expérimenté certaines choses que l’on désire s’en détacher comme en ce moment avec la crise financière qui en fait est une crise évolutive. Consommer à outrance et la quête de l’argent n’ont pas donné satisfaction.
Si l’on veut mieux vivre, il faut « cultiver son jardin », faire un travail sur soi, s’intéresser à la philosophie, se connaître à travers la méditation, la poésie, les arts divers.
Beaucoup de gens quittent les villes pour bénéficier du calme de la campagne, c’est un besoin, une nécessité.
Il faut laisser le connu pour découvrir l’inconnu. C’est une aventure intérieure enrichissante et bienfaitrice.

__________

Tout peut changer ici et maintenant pour celui qui change de conscience,
d’habitudes, de concepts.
Dès aujourd’hui changeons de cap pour une vie meilleure sur notre bonne et chère TERRE.

__________

La 3ème étape est l’ouverture du 7ème chakra : le SAHASRAR, lotus aux 1000 pétales, au sommet du crâne (point « ER » : ETHER).
Le 6ème et 7ème chakras sont reliés (AL = ALPHA = 3ème OEIL) – La couronne de Gloire se constitue – A PAQUES, à l’ASCENSION les énergies deviennent particulièrement puissantes au sommet du crâne.
A ce stade on est en contact avec des énergies cosmiques.
C’est l’Illumination du mental – Le yogi comprend la nouvelle étape (4ème) : La dimension d’Amour Universel – Il y a accès au mental supérieur (possibilité de relier des choses et non plus à les analyser).
On a accès à la source de la connaissance (cf octobre-novembre 2012 : Th. De Thorrinthe avec la géométrie sacrée)
On est en contact avec les Maîtres Ascensionnés – Le Corps de Lumière est constitué à moitié.
La 5ème étape est « le Manteau de Bouddha » ou le Manteau bleu de ISIS / MARIE ou de la Grâce.
On peut transmettre son énergie à quelqu’un en passant ses bras au dessus de la tête de quelqu’un. Il y a « adombrement ».
(Adombrer : Faire descendre sur une personne une énergie distincte de la sienne).

Laissez un commentaire